Porte de Mogador Agrandir l'image

Porte de Mogador

Nouveau

La Kétouba « Porte de Mogador »

La Ketouba « Porte de Mogador » est un hommage à l'une des plus singulières villes du royaume marocain et à ses enlumineurs renommés...(lire la suite en bas de page)

Plus de détails

220,00 €

En stock

    ... Sur la côte de l’Atlantique frangée d'écume et battue par les vents et la houle du large, s’élèvent les remparts de la Scala. La citadelle s'ouvre sur une baie spacieuse, entre un promontoire rocheux et une presqu’île.

    Avant l'indépendance du Maroc, la ville d'Essaouira était connue sous le nom de Mogador, toponyme qui apparut la première fois sur la carte dressée en 1367, soit 400 ans avant la construction de la ville-même.

    Le mot Mogador est en réalité un produit de l'altération du nom berbère «amagdoul» qui puise ses origines dans les langues sémitiques, notamment le Punique et l'Hébreu. Ce nom a pour racine le mot « migdal » ou « migdol »  qui signifie en hébreu « une tour », ou encore «  la terre enrichie », c’est à dire une ville ou un château muré.

     Effectivement grâce à ses hauteurs, dès le XIVème siècle, le site d’Amagdoul devint une étape commerciale pour les Portugais, qui décidèrent ensuite de s'y établir et d'y construire en 1505 un château, connu sous le nom de Castello Real. Ils déformèrent le nom d'Amagdoul en Mogdoura, qui devient Mogadour pour les Espagnols et Mogador pour les Français. Son nom actuel est Essaouira.

    L’installation des juifs, commence à Mogador dès sa fondation vers 1760. Elle a été voulue par Le Sultan Sidi Mohamed Ben Abdallah, fondateur de la ville, considérant cette implantation massive des familles juives comme la condition essentielle de l'essor qu'il en attendait. Sage politique, il facilitait le déménagementde familles entières d'Agadir et du Souss, et leur accordait certains privilèges pour les enraciner à Mogador : habitations, revenus assurés, facilités commerciales et administratives. La coexistence entre les communautés juive et musulmane a toujours été marquée d’un respect mutuel profond.

    Immédiatement cette petite forteresse s’est transformée en une importante porte d’échange avec l’Europe. Les commerçants juifs portaient le titre spécial de « Tojjar-es-Sultan », les marchands du Sultan. La nature de leur commerce faisait des anglais leurs principaux clients. Les voiliers partaient de Mogador chargés d'amandes, d'huile d'argan et de gomme spéciale du Sahara, dite « Awewar » qui se vendait, dix, quinze fois son prix de revient. Les navires revenaient pleins de cotonnades, de draps fins, d'articles de Birmingham. Pour beaucoup de familles juives de Mogador les comptes étaient ouverts dans les banques anglaises en livres sterling. Les commerçants avaient toutes facilités pour aller visiter Londres et Manchester où ils faisaient des séjours relativement longs et revenaient pleins d'idées nouvelles. Peu à peu, ils envoyèrent leurs enfants dans des collèges anglais. C'est ainsi que Aaron Afriat, après avoir commercé avec l'Angleterre par l'entremise de maisons de négoce, finit par s'installer à Londres où il fonda une maison de renommée mondiale. Fait significatif, l'adresse télégraphique de la maison Aaron Afriat & Cie est "AWERWAR" hommage rendu à la gomme, qui fut à l'origine de la fortune des Afriat.

    Aujourd’hui les familles Corcos, Attias, Lugassy, Yuly, Faraché et bien d’autres encore font partie de l’Olympe du monde des finances de la Grande-Bretagne et de l’Australie, sans jamais oublier leurs origines mogadoriennes.


     

Avis

Donnez votre avis

Porte de Mogador

Porte de Mogador

La Kétouba « Porte de Mogador »

La Ketouba « Porte de Mogador » est un hommage à l'une des plus singulières villes du royaume marocain et à ses enlumineurs renommés...(lire la suite en bas de page)

Donnez votre avis

PayPal